Projet de journée d’études et de colloque « Les minorités en situations coloniale et post-coloniale- XVIIIe- XXIe siècles » 2013-2014 Appel à communications

23 novembre 2012

Projet de journée d’études et de colloque

« Les minorités en situations coloniale et post-coloniale-

XVIIIe- XXIe siècles »

2013-2014

 Appel à communications

Le Réseau interdisciplinaire « Colonisations et décolonisations » (RICODE) et les  laboratoires partenaires  organisent une journée d’études le 31 mai 2013 à l’Institut d’histoire du temps présent (Paris) et un colloque en 2014 (la date sera précisée ultérieurement) à la faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers sur le thème :

Les minorités ethniques, linguistiques et/ou culturelles en situations coloniale et post-coloniale – XVIII-XXI siècles

Vous trouverez ci-joint une présentation des axes et des objectifs de la journée d’études et du colloque. Si le sujet vous intéresse, nous vous prions de bien vouloir adresser,

avant le 30 octobre 2012 pour la journée d’études,

avant le 31 janvier 2013 pour le colloque

une proposition de communication sous la forme d’un intitulé et d’un bref résumé.

pac.bonneville@vo.lu

s.mechat@free.fr

eric.gojosso@univ.poitiers.fr

florence.renucci@univ-lille2.fr

Les frais d’hébergement et de restauration seront pris en charge. Pour les frais de déplacement, nous vous invitons à prendre contact avec vos universités ou laboratoires respectifs.

Présentation générale des axes du projet

Le débat sur la question des minorités religieuses, ethniques, linguistiques ou culturelles ne survient pas dans un contexte historique anodin. Au moment où les Etats et les nations voient leurs contours historiques et idéologiques ébranlés par un mouvement de globalisation des échanges qui n'a pas connu de précédent dans l'histoire de l'humanité, cette question se pose avec une acuité particulière. Tout se passe comme si, bien loin de gommer les spécificités ethniques, religieuses, culturelles, linguistiques, le processus de mondialisation exacerbait les particularismes en fournissant aux revendications identitaires un terreau favorable à leur développement. Déjà, la construction des Etats-Nations s'était heurtée à l'existence des particularismes linguistiques et culturels, tout particulièrement lorsqu'ils disposaient d'un socle institutionnel solide leur conférant une certaine autonomie. Il a fallu souvent composer avec cette diversité, tantôt dans une démarche fédératrice en la reconnaissant comme un élément d'un ensemble à construire, tantôt en tentant de la réduire pour la fondre dans un cadre national. Mais, même dans le cas français d'un modèle républicain fondé sur l’intégration, la construction de l'Etat-Nation n'est pas parvenue à fusionner totalement les identités régionales ou provinciales dans un creuset national comme le montre la permanence des revendications identitaires qui s'expriment, par exemple, dans un régionalisme à vocation autonomiste, voire dans des nouvelles formes de communautarisme. Certes, la globalisation estompe les frontières en accroissant sans cesse le volume des échanges marchands et non-marchands dans un espace-monde. Mais elle fonctionne aussi comme une machine à niveler les différences, à réduire la diversité, à gommer les spécificités culturelles. Même si ces risques, pourtant bien réels, ne sont pas toujours perçus ou identifiés, force est de constater que le processus de mondialisation rencontre de nombreuses résistances dès qu'il est confronté aux facteurs historiques de socialisation entre les individus et les groupes qu'ils constituent.

Le statut des minorités, la place que la société leur assigne, et plus largement, le traitement de ce qu'il est aujourd'hui convenu d'appeler la question de « la diversité » animent nombre de débats et de controverses qui sont autant d'ordre scientifique que politique. En témoignent les nombreux articles, ouvrages et colloques qui ont été récemment consacrés à ce thème auxquels il faut associer de multiples travaux d'experts, de rapports officiels, voire de « politiques-cadres » qui ont été publiés par les Etats ou les organisations intergouvernementales. Sont ainsi mis en exergue les liens entre la question des minorités, et, plus largement celle des « diversités », les politiques nationales et les recommandations des institutions internationales, le statut des minorités et leur prise en charge par l'appareil normatif, l'incidence des minorités sur le fonctionnement de l’Etat et les relations régionales voire internationales que celui-ci entretient.

Nombre d'études d'historiens, d'historiens du droit, de juristes, de sociologues, de philosophes, d'anthropologues, de politistes et de géographes ont été consacrées à la question des minorités. Au fil de ces travaux, beaucoup d'observations utiles ont déjà été faites, la notion de minorité a été explorée et des théories explicatives ont même parfois été proposées. Mais les travaux sur le temps long, incluant à la fois les périodes coloniales et post-coloniales, sont encore rares. Or, l'évolution des minorités durant ces séquences historiques mérite d'être spécifiquement envisagée. Le « Réseau de recherche  interdisciplinaire colonisations et décolonisations » se propose de consacrer une journée d'études suivi d'un colloque international pour initier une réflexion sous cet angle. Souhaitant intégrer les apports des différents travaux antérieurs, la journée d’études et le colloque se donnent pour objectif de dégager les continuités ou les discontinuités, les symétries et les dissymétries, d’une époque à une autre, d’un pays à un autre.  Le champ de la réflexion privilégiera les minorités ethniques, linguistiques ou culturelles dans une démarche interdisciplinaire et comparative. Si les minorités religieuses ne sont pas au centre du projet, elles n’en sont pas pour autant absentes puisque souvent, elles recoupent, voire se confondent avec les minorités ethniques ou linguistiques.

La journée d’études et le colloque attacheront une importance particulière à l’étude du rôle des puissances coloniales européennes et des empires (ottoman, russe…) dans « la fabrication des minorités » ou des clientèles, et des usages politiques des nouveaux Etats, soucieux de « cohésion nationale ». Ils s’efforceront de réfléchir aux implications de ces pratiques ou de ces stratégies sur les évolutions sociales et politiques des minorités. L’étude des interférences de la question ethnique dans le jeu politique et dans le déclenchement de crises et de violences (Côte d’Ivoire, Rwanda, Burundi, les Kurdes…) serait à cet égard éclairante. De même, la mise en perspective des exemples d’échanges, de coexistence ou au contraire de résistance, de protestation et de revendications politiques, sociales, voire territoriales des minorités, de clivages ou de conflits au sein des sociétés multiethniques ou multiculturelles, de tentatives d’émancipation face à des pouvoirs coercitifs, mais aussi de compromis se justifie tout particulièrement. Elle permettrait de comprendre la complexité des stratégies mises en œuvre, les modes de gestion des questions ethniques et/ou linguistiques par les Etats en fonction de leurs intérêts ou orientations. Cette approche incite également à l’étude des modes de fonctionnement et d’organisation des minorités, de la perception des pouvoirs publics à travers le refus ou l’acceptation notamment de leurs statuts, de leur place dans les espaces nationaux, qu’ils prennent la forme d’une « nation intégrée » ou d’une nation segmentée selon des critères ethniques et/ ou linguistiques.

La réflexion sur les minorités ethniques et/ou linguistiques ou culturelles, conduite sur un espace très large (Amérique du Nord et du Sud, Afrique, Asie, Méditerranée…) peut se décliner selon quatre axes principaux :

- Regards interdisciplinaires sur les minorités : retour sur les définitions proposées et réflexion conceptuelle d'ensemble (minorités, ethnies…) ;

- Législation, réglementation, politiques publiques et minorités : stratégies politiques, législatives et administratives, statuts des minorités et pratiques étatiques (reconnaissance, protection, discrimination, citoyenneté, représentation politique, justice, santé, administration, enseignement, langues, encadrement, contrôle et répression des minorités….)

- Les minorités dans leur rapport à la nation et à l’Etat : coexistence et compromis ou revendications et contestations

- Espaces coloniaux, nationaux et minorités : jeux politiques, enjeux, instrumentalisation et conflits

Comité scientifique : D. Avon (DCIE- Université du Maine), A. C. Bonneville (INALCO-IHTP), C. Chanson-Jabeur (SEDET- Paris 7), S. El Mechat (UNS-IHTP), E. Gasparini (CERHIIP-Université Aix-Marseille), E. Gojosso (IHD- Université de Poitiers), F. Laurent (DCIE), E. de Mari (Dynamiques du droit- Université de Montpellier 1), F. Renucci (CNRS-Université Lille 2).

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Appels, Appels à contributions et à communications

Laisser un commentaire

Réseaux