Appel à communication: L’Histoire de l’Algérie coloniale : longue durée et désenclavement Colloque international, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense

23 novembre 2012

L’Histoire de l’Algérie coloniale : longue durée et désenclavement
Colloque international, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense
Jeudi 18 et vendredi 19 avril 2013
Comité d’organisation : Hélène Blais (Université de Paris Ouest Nanterre- IDHE), Claire Fredj (Université de Paris Ouest Nanterre- IDHE) et Sylvie Thénault (CNRS-CHS)
L’objectif de ce colloque est de donner à voir les renouvellements qui ont eu lieu ces dernières années dans l’histoire de l’Algérie pendant la période coloniale, en privilégiant une approche historiographique et réflexive, sans s’interdire des études de cas.
Dans l'historiographie de l'Algérie coloniale, la guerre d’indépendance a longtemps constitué pour les historiens une période de prédilection, donnant lieu à une riche bibliographie. La longue durée coloniale a traversé une phase de délaissement, au point que la bibliographie a longtemps reposé sur les deux tomes de l'Histoire de l'Algérie contemporaine de Charles-André Julien et de Charles-Robert Ageron, publiés dans les années 1960-1970. La récente Histoire de l'Algérie à la période coloniale (2012), cependant, témoigne des renouvellements en cours. Dans ce contexte, il nous semble intéressant de privilégier une approche réflexive, avec une double intention :
- Il s'agit d'abord de ne pas se focaliser sur les seules périodes de conflit qui ont marqué l'histoire de l'Algérie, pour tenter de saisir la colonisation, dans la longue durée. On s’interrogera notamment sur la chronologie 1830-1962, en portant une attention toute particulière aux périodes de transition, tant en amont qu'en aval du « moment colonial ». On s'interrogera aussi sur une historiographie essentiellement dominée par par l'histoire politique. Ainsi la longue durée est-elle souvent envisagée au prisme de la guerre d'indépendance, de façon très spécifique à l’Algérie, en comparaison d’autres territoires coloniaux. Quelle histoire de la période coloniale et quelles approches généalogiques la guerre d’indépendance a-t-elle induit ? En quoi les contextes d’une décolonisation violente et du nationalisme ont-il influencé l’écriture de l’histoire de l’Algérie en Algérie, en France et ailleurs ?
- Il s'agit ensuite de proposer un décloisonnement de l'histoire de l'Algérie, mise en comparaison à l'échelle impériale, que ce soit avec la métropole ou avec les autres territoires de l'Empire français. Initiée par des recherches anglo-saxonnes, la prise en compte du contexte international est une nouveauté dans l'historiographie de l'Algérie à la période coloniale, longtemps enfermée dans un tête-à-tête franco-algérien. Cette internationalisation peut être envisagée à l’échelle inter-impériale, l’histoire de l’Algérie, colonie de peuplement, se prêtant aussi à des comparaisons avec l’histoire de certaines colonies britanniques, par exemple. Le projet n'est pas de nier toute spécificité algérienne mais de l'évaluer. A moins de la considérer comme absolue, en effet, pourquoi se priver de comparer l'Algérie avec Madagascar, la Nouvelle-Calédonie, l'AOF, l'Indochine...? On peut, en identifiant les similitudes et les disparités entre territoires et en en retraçant la genèse, tenter de replacer l'Algérie dans l'ensemble impérial français : les similitudes tiennent-elles à l'exportation, hors d'Algérie, de mesures élaborées à la faveur de sa conquête et de sa colonisation ? Le
cas échéant, comment les différences ont-elles surgi à partir de ce qui serait une matrice algérienne ?
Les communications pourront s’inscrire dans les axes suivants :
- L’histoire de l’Algérie entre histoire de l’Afrique et histoire de la Méditerranée. La question des aires culturelles
- L’histoire de l’Algérie colonisée à l’échelle de l’empire français
- L’histoire de l’Algérie et l’histoire des empires : comment internationaliser l’histoire de l’Algérie coloniale ?
- Quelle chronologie pour l’histoire de l’Algérie : ruptures et transitions
Les propositions (un titre et une dizaine de lignes de présentation, accompagnés d’un CV d’une page maximum) devront être envoyées avant le 30 novembre 2012 à l’adresse suivante : colloquealgerienanterre@gmail.com
Elles pourront être faites en français ou en anglais.
NB : Les frais de transport et d'hébergement des intervenants pourront être pris en charge.
The History of Colonial Algeria: Longue Durée and International Perspectives
International Conference, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense
Thursday 18 and Friday 19 April 2013
Organizing Committee : Hélène Blais (Université de Paris Ouest Nanterre), Claire Fredj (Université de Paris Ouest Nanterre) and Sylvie Thénault (CNRS)
This conference aims to showcase the renewal of the history of Algeria during the colonial period, with an emphasis on historiography and reflexivity, although case studies will be welcome.
For a long time, historians have focused on the independence war, building a rich historiography. The long colonial period, however, had been less explored, so much so that Charles-André Julien and Charles-Robert Ageron’s two-volume Histoire de l’Algérie contemporaine, published in the 1960’s-1970’s, had remained the reference. However, the recently published Histoire de l'Algérie à la période coloniale (2012) shows that new ground has been broken. At this stage, it seems that it is time to pause and reflect on the historiography. Our aim is two-pronged:
- Can we have a better understanding of the colonization of Algeria in the longue durée, beyond the traditional focus on periods of conflict? We suggest reconsidering the 1830-1962 chronology, in part by studying the periods of transition before and after
the “colonial moment”. We also suggest that this longue durée approach would force to unseat the current primacy of political history. We would like a reflection on the place of the independence war in the historiography, especially as much of the study of the colonial period qualifies as a genealogy of that moment. We also invite thoughts on the impact of the context of violent decolonization and nationalism in the writing of the history of Algeria in Algeria, in France, and elsewhere.
- Our second aim is to take the history of Algeria out of its own box to replace it in the larger picture of imperial history – be it in relation with France or with the other French colonies. Coming from English and American historiography, this inclusion of the international context is a new approach for the historiography of colonial Algeria, long trapped in a French-Algerian face-off. This internationalization needs to be thought of at the inter-imperial scale. Algeria, for instance, was a settler colony, much as many British colonies were. A comparative approach would not negate the specificities of Algeria but help evaluate them. Why deprive ourselves of a comparison with Madagascar, New Caledonia, Indochina, or French West Africa, for instance? It would be worthwhile to replace Algeria in the larger French Empire by studying the similarities and differences in colonization and its genesis. Was it simply a case of exporting techniques developed in Algeria, for example? If there was an Algerian blueprint, what accounts for the differences that later developed?
The invite papers along the following lines:
- The history of Algeria between the history of Africa and the history of the Mediterranean, possibly testing an “area studies” approach.
- The history of colonial Algeria from the perspective of the larger French Empire.
- The history of Algeria and the history of empires: how to internationalize the history of colonial Algeria?
- What chronology for the history of Algeria: breaks and transitions.
Proposals should include a title, a ten-line long presentation, and a one-page CV; they should be sent by 30 November 2012 at the following address: colloquealgerienanterre@gmail.com
They can be submitted in French or English.
NB: Travel and accommodation expenses can be covered.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Appels, Appels à contributions et à communications

Laisser un commentaire

Réseaux