La pratique des Sciences Humaines et Sociales au Maghreb – Paris – 4 Avril 2014

Journée doctorale de l’Institut des Mondes Africains (IMAf)

École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

190-198 avenue de France, 75013

Vendredi 4 avril 2014


Cette journée doctorale prend la suite de celles que l’ex-Centre d’Histoire Sociale de l’Islam Méditerranée (CHSIM), aujourd’hui intégré à l’Institut des Mondes Africains (IMAf), a organisées chaque année de 2004 à 2013. Elle se tiendra le vendredi 4 avril 2014. Les communications orales, d’une durée de 20 minutes chacune, seront suivies d’une discussion afin de favoriser les échanges. Les rencontres auront lieu 190-198 avenue de France, 75013.

Les propositions de communications doivent être envoyées au plus tard le 28 février 2014 à cette adresse : journeedoctorale.chsim2014@gmail.com

Nous attendons des personnes intéressées une brève présentation de leur proposition de communication de 500 mots (1 page) environ, expliquant notamment leur démarche dans la pratique des sciences humaines et sociales. Elles devront inclure le titre de l’intervention ainsi que les coordonnées et l’affiliation institutionnelle de l’auteur.


« La pratique des Sciences Humaines et Sociales au Maghreb »

Les travaux de recherche sur le Maghreb se multiplient depuis plusieurs années. Ces travaux sont enrichis par un renouvellement des approches problématiques, aussi bien dans des démarches synchroniques que diachroniques. Partant de ce constat, et convaincus que cet enrichissement ne peut qu’être le fruit d’échanges entre disciplines, nous souhaitons permettre un dialogue entre différents chercheurs autour de la question des pratiques des sciences sociales au Maghreb. Ainsi, à l’occasion d’une nouvelle journée doctorale, les étudiants du séminaire « Actualité de la recherche en sciences humaines sur le Maghreb contemporain » proposent non seulement de repenser les cadres d’analyse et de déconstruire les poncifs qui les sous-tendent, mais également de réfléchir aux différentes approches méthodologiques, aux diverses pratiques du terrain et, plus généralement, de se pencher sur un examen critique des conditions de la recherche.

Afin de permettre un tour d’horizon le plus large possible, nous défendons une définition des frontières du Maghreb non réductive. Nous souhaitons, entre autre, nous interroger sur les implications pour la pratique scientifique des différentes normes administratives, juridiques ou politiques qui régissent cet espace, et, au contraire, sur ce qui les transcende. De même, si nous souhaitons mettre en avant des recherches actuelles, les thèmes des contributions peuvent embrasser une large chronologie historique, jusqu’aux sujets les plus contemporains. Enfin, comme nous adoptons une démarche interdisciplinaire, les propositions de communications pourront utiliser des approches historiques, anthropologiques, ethnologiques, géographiques, socio-économiques, sociologiques et sociopolitiques.

Axe 1 : Questionner le prisme colonial/post-colonial et le concept de décolonisation

Axe 2 : Violence et production du savoir

Axe 3: Le Maghreb : terre d’« émigration(s) » / d’« immigration(s) » ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *