Conférence-Débat : « Entre jihad et insécurité, quelle paix pour le Mali ? », 4 novembre, Aix-en-Provence

Entre jihad et insécurité, quelle paix pour le Mali ?

 

Une conférence d’Hamidou Magassa proposée par l’Association des Amis des Archives d’outre-mer, avec le soutien de l’Institut des Mondes Africains (IMAF-Aix), d’Aix-Marseille-Université et de Radio Grenouille.

 

MMSH, 5 rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence, 4 novembre 2014 à 15 heures.

 

Vue de France, la grave crise que traverse le nord du Mali depuis près de trois ans a une explication simple. Méprisés, humiliés, maltraités au quotidien par le gouvernement du sud du pays les Touaregs se seraient légitimement révoltés pour faire valoir leurs droits sur leurs terres ancestrales. Le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), représentatif des populations du Nord, aurait alors lancé l’insurrection avant d’être débordé par les islamistes d’Ansar Dine et d’Aqmi. Depuis des années, en effet, le nord du Mali était en proie à une crise multiforme où revendications identitaires, trafics d’armes, de cigarette et de drogue, présence des islamistes d’Aqmi qui y avaient établi un sanctuaire profitant de la faiblesse, sinon de la complaisance de l’Etat malien, se combinaient pour en faire une zone de non droit et d’instabilité. La France s’est inquiétée à juste titre de la situation qui menaçait la sécurité de l’ensemble du Sahel alors que les prises d’otages de ses ressortissants, retenus ensuite dans la région de Kidal, se multipliaient. Elle pensa donc utiliser l’irrédentisme touareg pour récupérer ses otages en regardant avec sympathie la création du MNLA, si ce n’est en la soutenant comme le pensent beaucoup de Maliens..

Las, le 17 janvier 2012, au lieu d’entrer en guerre contre Aqmi, le MNLA déclencha les hostilités contre les autorités légitimes du Mali, mettant le nord du pays à feu et à sang, avec le soutien les djihadistes  toureg d’Ansar Dine et ceux d’Aqmi. Début avril 2012, les deux-tiers du Mali étaient sous le contrôle des rebelles, mais le MNLA disparut de la circulation, taillé en pièce par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest (MUJAO) qui le chassa du pays.

Le 11 janvier 2013, la France déclenchait une vaste opération militaire au Mali pour stopper la marche sur Bamako de groupes islamistes armés qui occupaient les deux-tiers nord du pays depuis près d’un an. L’ancien colonisateur se faisait sauveur et intervenait avec vigueur provoquant l’enthousiasme de la population. L’opération Serval, cependant, en dépit des succès notables qu’elle a remportés en portant des coups très durs aux combattants d’Aqmi, n’a pas été menée jusqu’à son terme. Le retrait progressif des troupes françaises qui n’assurent plus guère la sécurité des populations, revient à donner un grand coup de pied dans une fourmilière et à laisser les soldats de l’ONU et ceux de l’armée malienne gérer la situation intenable ainsi créée. Après avoir fait le gros dos, les groupes jihadistes qui ont attendu patiemment des jours meilleurs se sont donc reconstitués.

Qu’il est loin le temps où François Hollande pouvait proclamer fièrement : « Nous avons gagné cette guerre ! ». Serval, affirmait-il le 15 janvier 2013, avait trois objectifs : mettre fin à « l’agression terroriste », « sécuriser Bamako » et « permettre au Mali de retrouver son intégrité territoriale ». Si les deux premiers ont été clairement atteints, ce dont les Maliens se félicitent, on est loin du compte en ce qui concerne le troisième ! Bien au contraire, en janvier 2013, l’armée française a interdit à l’armée malienne de prendre position dans le nord du pays pour permettre à ses protégés du MNLA de s’installer dans la région de Kidal.

L’imprudente visite du Premier ministre malien Moussa Mara dans la ville, le 17 mai dernier, a été perçue comme une provocation par les rebelles. Des affrontements meurtriers ont rapidement éclaté entre l’armée malienne et le MNLA qui a attaqué la délégation gouvernementale et assassiné froidement des officiels et des cadres de l’administration. La tentative désastreuse de reprise de la ville par l’armée malienne le 21 mai s’est traduite par des dizaines de morts et une débâcle militaire dont les effets se font cruellement sentir aujourd’hui. Au comble du désarroi, le gouvernement malien n’a d’autre solution que de demander, comme le fait aujourd’hui Moussa Mara dans un entretien accordé récemment à l’Opinion, que les soldats français et ceux de l’ONU aident le Mali à cantonner les rebelles. Que ne l’a-t-on fait en janvier 2013, lors de l’arrivée des troupes françaises et tchadiennes à Kidal !

Si l’on excepte Tombouctou, Gao, et quelques postes secondaires à proximité de ces deux villes, l’armée malienne a  pratiquement disparu du nord du pays où jihadistes et groupes armés rebelles font régner la terreur quand ils ne se battent pas entre eux. Les pistes de la région de Kidal sont piégées et font régulièrement des victimes parmi les forces de maintien de la paix et les populations civiles qui n’osent plus les emprunter. Si la ville de Gao vit en paix à l’ombre des troupes françaises, onusiennes et maliennes, les villages des alentours sont aux mains du Mujao qui bénéficie de solides appuis dans une partie de  la population locale. Beaucoup, ici, n’ont pas oublié les exactions commises par la MNLA alors qu’il avait pris le contrôle de la ville en avril 2012. La lourde défaite infligée par les islamistes aux Touaregs au mois de juin de la même année avait alors été perçue comme une délivrance, sinon un châtiment divin. La situation n’est guère meilleure dans la région de Tombouctou où des groupes liés à Aqmi et peut-être à Ansar Dine ont repris leurs activités.

Les jihadistes ont su s’adapter aux circonstances. Il n’est plus question, aujourd’hui, de lourds convois de 4X4, mais de commandos mobiles et légers qui se déplacent à moto et se fondent dans la population sans être repérés. Les mines qu’ils fabriquent et posent sur les pistes de brousse sont pratiquement indétectables et font des ravages sur des véhicules qui ne sont pas conçus pour résister à des charges explosives. La saison des pluies est désormais terminée, et plus rien ne s’oppose à la reprise des opérations de harcèlement contre les forces de la Minusma. Plus grave encore, les nouvelles méthodes de terreur initiées par l’Etat Islamique semblent faire des émules au Mali. Il y a une dizaine de jours, un Touareg suspecté d’être un informateur des forces internationales a été enlevé dans la région de Tombouctou et décapité, sa tête étant déposée sur un marché pour remplir la population d’effroi…

Rien n’indique aujourd’hui que la situation puisse s’améliorer prochainement, bien au contraire. Les négociations de paix entre les groupes rebelles et le gouvernement malien sont actuellement au point mort. Le MNLA, qui ne recule devant aucune surenchère, réclame maintenant la mise en place d’un Etat fédéral, ce qui est bien évidemment inacceptable. Les rodomontades du chef d’état-major de l’armée malienne qui affirmait récemment lors d’une conférence de presse « nous sommes en mesure de répondre par les armes si le dialogue échoue » prêteraient à rire si la situation n’était aussi tragique. La solution ne viendra pas davantage d’une éventuelle intervention française en Lybie, même si celle-ci serait de nature à perturber considérablement les groupes islamistes opérant au Mali. La crise que connait le pays, en effet, a des racines internes et ne dépend pas seulement de l’intrusion d’éléments étrangers sur le territoire national ni davantage des errements bien réels de la politique menée par la France dans le pays.

Sociologue, consultant  et écrivain, Hamidou Magassa dirige le Centre d’Etudes et de Recherche sur les Ressources Naturelles et l’Environnement au Sahel (CERNES) à Bamako. Il a mené ces derniers temps de nombreuses missions dans le nord du Mali. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.